Inauguration d’un laboratoire à Conakry : Biomar-24 ouvre ses portes à la Minière

Dans le cadre de l’amélioration de la santé des populations, le laboratoire Biomar-24 a été inauguré ce samedi, 27 janvier 2018, à la Minière, dans la commune de Dixinn, en présence de plusieurs professionnels de la santé, des responsables du quartier ainsi que de plusieurs autres invités, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui a assisté à la cérémonie.

Présent à la cérémonie, le professeur Laurent Dubois, qui a été l’un des formateurs de Dr Oumar Diouhé Bah au CHU de Tour, en France, a estimé qu’il était nécessaire d’être présent à l’inauguration de ce laboratoire qui, dit-il, est l’avenir de la Guinée.

« C’est un laboratoire qui a des objectifs ambitieux de rapatrier un certain nombre d’analyses qui, jusqu’à présent, se faisaient à l’extérieur et qui, du point de vu médical, va élargir la prise en charge et l’amélioration des soins. Cela va permettre aussi de réduire le coût pour les citoyens. L’Etat guinéen dépensait beaucoup d’argent pour ces envois à l’extérieur. Je pense que cet argent pourrait être utilisé différemment pour insuffler la politique de santé en Guinée », a estimé Laurent Dubois.

Parlant des équipements, Laurent Dubois a expliqué qu’en bactériologie, il a travaillé très peu de temps avec les mêmes appareils qu’on trouve ici. « Aujourd’hui, il y a encore des appareils qui sont tout à fait récents ; mais, ce sont des appareils qui sont fiables et qui suffisent largement pour obtenir des très bons résultats », a-t-il dit.

Quand à Mohamed Kerfalla Camara du Conseil National du Patronat Guinéen, il s’est réjouit de l’inauguration du laboratoire Biomar-24. « La biologie médicale est une discipline essentielle de la santé. Elle est présente à toutes les étapes de la chaine de soins, puisqu’elle part du diagnostic au traitement. Une des étapes importantes de la biologie médicale c’est le suivi biologique des malades. C’est pour toutes ces raisons et pour les défis à relever dans ce pays par rapport à la biologie médicale, on peut se réjouir de voir une telle institution s’installer sur place pour éviter les nombreuses évacuations sanitaires, très coûteuses », a-t-il estimé tout en rappelant que les guinéens n’ont pas assez de moyens pour aller se faire soigner à l’étranger.

Mohamed Kerfalla Camara souhaite, en tant que CNP-Guinée, que cette entreprise trouve le chemin du bonheur et évolue surtout vers le sens de leadership dans le domaine de la biologie médicale.

De son côté, le DG du laboratoire Biomar-24, Dr Oumar Diouhé Bah, a souligné que la particularité de ce centre est son équipement de dernière génération. « Ce laboratoire est très bien équipé. Nous avons des appareils de dernière génération, des techniques de références mondiales. On peut rendre un résultat et on n’a pas à se faire des soucis sur un retour éventuel négatif de ce résultat », a-t-il dit, tout en rajoutant qu’il ne peut pas citer toutes les maladies que ce laboratoire peut diagnostiquer.

« On diagnostique beaucoup de maladies ; mais, pour ce qui est de ces nouvelles techniques de référence aujourd’hui sur terre, on a la biologie moléculaire qui nous permet de diagnostiquer ou de voir l’évolution d’un traitement par rapport à l’hépatite B parce qu’on a assez de porteurs ; mais, il faut savoir quand est-ce qu’il faut traiter. A part l’hépatite B, nous avons le HBV qui est un virus humain qui peut-être responsable du cancer de l’utérus », a expliqué Dr Oumar Diouhé Bah sans connaître le coût de cette réalisation parce que, dit-il, une seule machine peut coûter des dizaines des milliers d’euros.

Selon lui, a ce jour, son laboratoire a beaucoup de patients qui partaient en Tunisie, au Maroc, en France, aux Etats Unis ; mais, qui n’y vont plus. « Les patients sont là avec nous. Peut-être que l’inauguration a été précipitée, sinon ils seraient là pour témoigner. Il y a des médecins étrangers qui nous recommandent des patients à travers beaucoup de pays: du Maghreb, de l’Europe, des Etats Unis, du Canada, etc. Si aujourd’hui des épidémies comme Ebola se déclaraient, on n’aurait pas attendu que l’échantillon soit expédié vers un autre pays », a dit Dr Oumar Diouhé tout en demandant le soutien de l’Etat parce que la santé à un coût.

A titre de témoignage, Alpha Tanoundy Camara, l’un des patients a bien apprécié le travail fait par le laboratoire Biomar-24. « Avant d’être ici, je souffrais de beaucoup de maladies. C’est à partir de ce laboratoire qu’on a réussi à détecter les types de maladies que j’avais. C’est un hôpital moderne et quand j’ai envoyé les résultats au Maroc, en France et aux Etats Unis, ils m’ont dit que c’est inutile d’aller parce que les résultats que j’avais eu avec ce laboratoire sont des résultats fiables. A leur place, il est inutile de faire de va et vient, acheter des billets d’avion parce qu’ils utilisent les mêmes types d’appareils dans leurs pays », a-t-il dit tout en félicitant les travailleurs du laboratoire qui l’ont aidé à recouvrer sa santé.

Source: Guineematin.com

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>